Home
Mentions légales
DE / FR / IT

Drug Checking

 

Bilan cocaïne 2017

En 2017, 808 échantillons censés contenir de la cocaïne ont été remis pour analyse au Centre d’information sur les drogues (DIZ); le même nombre qu’en 2016. 93 échantillons censés contenir de la cocaïne ont été analysés quant à elles dans les drug checking mobiles effectués en 2017 dans la ville de Zurich lors de différentes soirées festives. Les résultats publiés ici ne sont pas représentatifs de l’ensemble du marché des substances de la ville de Zurich.

Estimation du risque
En plus des effets secondaires connus et du fort potentiel de dépendance psychique de la cocaïne, la présence toujours fréquente de lévamisole comme produit de coupe pharmacoactif représente, surtout pour les consommateurs réguliers, un risque sur la santé difficile à évaluer. Le lévamisole ne provoque pas d'effets secondaires aigus, mais a plutôt des conséquences à long terme, p.ex. il affaiblit le système immunitaire. Il est courant de trouver du lévamisole dans des échantillons à forte teneur en cocaïne. En plus du lévamisole, la teneur très variable en cocaïne est un autre risque sous-estimé. Plus la teneur en cocaïne est élevée, plus grand est le risque de surdosage. La cocaïne fortement dosée exerce une forte pression sur le système cardio-vasculaire et, sous certaines circonstances et conditions physiques, peut provoquer une crise cardiaque. Safer Use de la cocaïne.

Teneur en cocaïne 2017
Le graphique 1 représente l’évolution des valeurs en cocaïne*HCl1 de 2007 à 2017. La teneur moyenne en cocaïne des échantillons testés au DIZ et au drug checking mobile s’élevait en 2017 à 78.8 % de cocaïne*HCl. On constate une augmentation de 2.1 % 2 par rapport à l’année précédente. La teneur en cocaïne dans les échantillons analysés variait fortement et s’élevait entre 0,1 % et 100,0 % de cocaïne*HCl. La teneur moyenne en cocaïne des échantillons testés au DIZ s’élevait à 79.0 %, au drug checking mobile à 77.3 %.

 

1 Sous la forme de poudre, la cocaïne se trouve exclusivement sous forme de sel (hydrochloride).
2 Les différences par rapport à l’année précédente sont indiquées entre parenthèses.

Produits de coupe pharmacoactifs en 2017

En ce qui concerne la cocaïne, il s’agit le plus souvent d’un mélange de cocaïne et d’un ou plusieurs produits de coupe. Une partie de ces produits de coupe n’est pas pharmacoactive (p.ex. lactose, amidon, cellulose). Ceux-ci n’ont aucun effet psychique et/ou physique supplémentaire lorsqu’ils sont consommés. Toutefois, certains produits de coupe sont souvent choisis dans le but de simuler une pureté accrue et/ou un renforcement/prolongement de l’effet. L’usage de strychnine («mort aux rats») pour couper la cocaïne n’a jamais été relevé dans nos analyses, il s’agit probablement de légendes urbaines.

En 2017, 37.8 % des échantillons de cocaïne remis au DIZ et aux stands de drug checking mobiles pour analyse étaient coupés avec au moins une substance pharmacoactive. Par rapport à l’année précédente, le pourcentage d’échantillons de cocaïne contenant des produits de coupe pharmacoactifs a diminué de 17.3 %. Comme en 2016, le lévamisole (32.0 % des échantillons) et la phénacétine (6.0 %) étaient les produits de coupe les plus fréquents. Les anesthésiques locaux et la caféine étaient également des produits de coupe répandus.

Le graphique 2 montre l’évolution des produits psychoactifs le plus fréquemment analysés depuis 2007.

Certains échantillons de cocaïne contenaient jusqu'à quatre produits de coupe pharmacoactifs différents. Le plus souvent, les échantillons contenaient un (29.3 %) ou deux (6.5 %) produits de coupe pharmacoactifs. 1.9 % des échantillons contenaient trois ou quatre produits de coupe pharmacoactifs différents.

Ci-après figure une description des produits de coupe pharmacoactifs les plus souvent analysés dans la cocaïne en 2017, des risques qu’ils entraînent et de leur influence sur l'action de la cocaïne.

 

Graphique 1

Echantillons de cocaïne en fonction de la teneur en cocaïne en %, 2007 – 2017 (N=4‘326)

Tableau 1: Comparaison entre le drug checking mobile et le DIZ

Comparaison de la teneur en cocaïne et des produits de coupe inattendus entre le DIZ et les drug checking mobiles en 2017

Dans le tableau ci-après, nous avons comparé les données clés des deux offres de drug checking pour voir si des différences significatives apparaissaient.

Graphique 2

Produits de coupe dans les échantillons de cocaïne analysés, 2007 - 2017 (N=4‘326)